Two men executed in public after Chiraz Shrine bombing

Iran a écuté en public deux men, samedi 8 juillet, This was announced by Mizan Online, the website of the judiciary. Accusés d’être impliqués dans l’attaque, revendiquée par l’organisation Etat islamique, contro un sanctuaire shiite de Chiraz, dans le sud du pays, qui avait fait treize morts et trente blessés en octobre dernier, les deux men ont été pendus à l’aube dans une rue de Chiraz.

Mizan Online to identify the two executed men as Mohammad Ramez Rashidi and Naeem Hashem Qatali, without providing further details. According to the official IRNA news agencyles executions ont eu lieu près du sanctuaire, a lieu de pèlerinage chiite très important in Iran.

In March, a court avait sentenced à mort après les avoir reconnus coupables de «corruption sur terre», «rébellion armée» et «atteinte à la securité nationale». Ils ont également été inculpés d’appartenance à l’organization Etat islamique et de «complot contre la sécurité du pays».

Kazem Moussavi, the chef de l’autorité judiciaire de la provincia de Fars, dont fait partie Chiraz, avait alors declaré qu’ils étaient directly implicated dans l’armement, l’provisionnement et la logistics du principal auteur de l’attaque. Celui-ci, identified by the Iranian media as étant Hamed Badakhshan, est mort des suites de blessures subies lors de son arrestcion, selon les autorités.

comb prison

Three other accused in this affair ont été condemned à des peines de cinq, quinze et vingt-cinq ans de jail pour leur appartenance à l’organisation Etat islamique, selon M. Moussavi.

In November, authorities said vingt-sei « Takfiri terrorists » d’Afghanistan, d’Azerbaïdjan e du Tadjikistan avaient été arrêtés en lien avec l’attaque. In Iran, in most Shia countries, the term “takfiri” generally designates djihadists or adherents of radical Sunni Islam.

The Etat Islamique organization paid back its first attack in Iran in 2017 against the attack by gunmen and suicide bombers on the siege of Parliament in Tehran and the mausoleum of Ayatollah Ruhollah Khomeyni, the founder of the Islamic Republic, tuant dix-sept personnes et en benedetto des dizaines.

L’attaque d’octobre dernier, qui compte parmi les plus meurtrières de ces dernières années in Iran, était intervene plus d’un mois après que des demonstrations ont éclaté dans tout le pays contre la mort en detention de Mahsa Amini.

Read also: Article reserved for us Iran : a leaden chape à l’approche de la date anniversaire de la mort de Mahsa Amini

Le Monde with AFP